Fabrication de la bouillie bordelaise

  • La bouillie bordelaise est un fongicide à base de chaux et de sulfate de cuivre que l’on utilise généralement dans les vignobles. C’est de là qu’elle tire son nom. Les maladies bactériennes des arbres fruitiers et de certaines plantes au potager sont souvent atteintes de ces maladies cryptogamiques. La vigne ne fait pas exception.

    Dès lors, deux solutions s’offrent à vous : vous pouvez acheter de la bouillie bordelaise déjà prête ou bien la fabriquer vous-même. Nous allons vous guider dans cet article pour fabriquer et utiliser vous-même votre propre mélange.

    Législation sur la bouillie bordelaise en agriculture biologique:

    En France, la bouillie bordelaise est autorisée en agriculture biologique dans certaines limites.

    • jusqu’au 31 décembre 2005, il ne fallait pas dépasser 8 kilogrammes de cuivre par hectare sur les cultures pérennes
    • Depuis le 1er janvier 2006, il ne faut plus dépasser 6 kg/ha/an (soit l’équivalent de 2 traitements avec une bouillie concentrée à 20 % de cuivre métal, 12,5 kg/ha correspondant à 2,5 kg de cuivre métal par traitement).

    En Europe, pour les cultures pérennes, comme la vigne, les États membres peuvent porter par dérogation la dose maximale jusqu’à 38 kilogrammes de cuivre par hectare répartis sur 5 ans (jusqu’au 31 décembre 2006). Elle doit décroître depuis cette date.

    Comme pour tous les pesticides, le réemploi de l’emballage est interdit. L’applicateur doit le rincer à plusieurs reprises en conservant les eaux de rinçage pour les mélanger à la bouillie, puis rendre l’emballage inutilisable en le trouant avant de l’éliminer selon la législation en vigueur. (Certaines coopératives le prennent en charge.)

    Un Certificat d’applicateur peut être exigé de certains personnels (une personne sur 10) de toute entreprise de plus de 10 personnes utilisant des pesticides.

     

     

    1/ Pourquoi utiliser de la bouillie bordelaise ?

    La bouillie bordelaise s’utilise indifféremment au potager comme au verger. C’est l’alliée de la nature. Son utilisation est recommandée pour lutter efficacement contre les maladies bactériennes et cryptogamiques.

    Quelques exemples :

    Gommose – Monoliose – Chancre – Tavelure – Cloque du pécher – Mildiou etc.

    2/ Fabrication de la bouillie bordelaise

    Le matériel utilisé pour la fabrication de la bouillie bordelaise s’élève environ dans les 40€

    Gants de ménage

    Pulvérisateur de jardin

    2 seaux en plastique

    10l et 15l

     gantsdemenage  pulverisateur-de-jardin  seau-de-menage

    1€

    25€

    1€

    Chaux éteinte 300g

    Sulfate de cuivre 200g

    Spatule ou bâton en bois

     chaux blanche  sulfate de cuivre  spatule-bois

    0.70 € / Kilo

    8€ / 500g

    Récupération

     

    La recette de la bouille bordelaise

    Pour environ 10 l de bouillie bordelaise il vous faudra :

    Mettre des gants

    (Premier seau 10l) Mélanger 300g de chaux dans 6 litres d’eau

    (Second seau 15l) Mélanger 200g de sulfate de cuivre dans 4 litres d’eau

    Ajouter progressivement la chaux dans le sulfate de cuivre pour le neutraliser

    Mélanger le tout avec votre spatule ou bâton de récupération

    Temps de repos de 24 h avant utilisation

    Sachez que d’après des études, réduire la dose de bouillie par deux ne réduit pas l’efficacité du mélange. Il est donc conseillé d’augmenter la dose d’eau de votre mélange par deux.

     

    3/ Application de la bouillie bordelaise

    Il est bon de savoir que la bouillie bordelaise atteint une efficacité maximale lorsqu’elle est appliquée préventivement. Mais il se peut que vous ayez à traiter une maladie déjà installée. En pulvérisant de la bouillie bordelaise dessus, vous pourrez efficacement limiter son développement.

    En préventif arbres fruitiers:

    Il faudra effectuer deux à trois pulvérisations à 15 jours d’intervalle au mois de février avant l’apparition des bourgeons mais après la taille.

    Lorsque les arbres perdent leurs feuilles en automne, il faudra s’occuper plus particulièrement des abricotiers, des pruniers et des péchés en renouvelant le traitement. Il est conseillé d’effectuer une seconde pulvérisation 15 jours après la première. Nous vous préconisons aussi de ramasser les feuilles et de brûler avant cette pulvérisation.

    En préventif Vignes, tomates, pommes de terre et fraisiers:

    Il faut effectuer votre pulvérisation au printemps et plus précisément entre la fin avril et le début mai. Il est conseillé de renouveler l’application tous les 15 jours et de s’arrêter au minimum un mois avant la récolte.

    En curatif :

    A l’aide de votre pulvérisateur de jardin, pulvérisez la bouillie bordelaise sur les végétaux à traiter. Il est recommandé comme tout produit de travailler par temps sec. N’hésitez pas à renouveler l’opération au bout de quelques jours pour davantage d’efficacité.

  • Auteur de cet article

    Inscrit le

    Lui écrire

  • Vos commentaires

    • Kaour -

      C'est très sympa de partager ses connaissances. Après je ne suis pas certain que ça intéresse tout le monde ici.
      Sans prétendre penser pour les autres, il me semble que le but de la permaculture est dans une certaine mesure d'éviter l'utilisation de ce genre de produits qui selon certains pourrait causer une accumulation de cuivre dans le sol nuisible à la vie microbienne.
      En tout cas pour ce qui me concerne, ce genre de technique m’intéressent tout autant que le désherbage thermique au gaz. C'est à dire bien peu. Même s'il est vrai que ce peut être intéressant occasionnellement. Le problème c'est que dès lors qu'on fait un traitement préventif, c'est à dire avant d'avoir des problèmes, cela implique une systématisation. Puisque de manière analogue à la guerre préventive de Bush, on attaque avant de savoir si on le sera. Or les irakiens n'avaient pas d'armes de destruction massive. Donc jusqu’à preuve du contraire je considérerais pour ma part que mes tomates n'auront pas le mildïou :p

      • Marie H

        Marie H -

        Bonjour, je peux dire que moi, cela m'intéresse. L'année dernière, j'ai eu des soucis sur mes plants de tomates et j'aurai bien aimé tomber sur ce genre d'articles. J'aurai été concerné par le coté curatif plutôt que préventif. Je pense que comme pour beaucoup de choses, il faut de tout pour faire un monde et ce qui ne nous intéresse pas, peut peut être intéresser les autres.
        Merci en tous cas au blog de nous permettre de partager nos connaissances et petites astuces nous permettant de palier à (ou éviter) certains problèmes.

      • Pierro

        Pierro -

        D'accord avec toi pour l'Irak mais par contre l'article de Marie est intéressant à mes yeux même si c'est certain que les plus puristes diront que la bouillie est toxique, pas bio ou alors que ça va dérégler la nature mais bon c'est comme pour tout: le web est par exemple tout aussi merveilleux qu'il est terrifiant.. c'est le double tranchant de la bouillie :)

        A nous/vous de faire la part des choses ensuite! Niveau alternatives il y a le lithothamne ou le bicarbonate de soude qui fonctionnent bien aussi contre certaines maladies de la tomate :)

    • Pierro

      Pierro -

      Ca serait d'ailleurs intéressant d'en débattre entre les gens pour et contre la bouillie. Pour ma part je n'y ai jamais eu recours et je suis partagé sur le fait de l'utiliser dans la permaculture même si je sais que ça fonctionne très bien (mon voisin maraîcher en pulvérise assez régulièrement sur ses plants...).

      Aller, le débat est ouvert? Parlons-en dans le respect :)

    • Kaour -

      Oh je ne critiquais pas l'intention de Marie H. J'ai commencé en disant que c'était gentil de partager des connaissances :).
      Ce que je veux dire c'est que d'un point de vu personnel, je pense que vaporiser du cuivre sur les cultures ça ne'est pas bon pour les sols, il suffit de regarder ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouillie_bordelaise#.C3.89cotoxicologie . Après je ne suis pas microbiologiste du sol donc je ne fait que me baser sur des données et explications fournies par des gens qui le sont.
      Maintenant utilisé de manière raisonnée c'est peut être bien.
      Je sais que mon grand père en utilisait des quantités incroyables sur ses tomates moi j'ai envie de faire autrement.
      Je préfère ne mettre aucun produit qui puisse être néfaste pour les sols ( donc en gros je mets pas grand chose à par un peu de corne torréfiée comme engrais) et si je récolte pas ou peu, tant pis. Bon but c'est d'arriver à faire sans rien, avec le moins d'arrosage possible également. Mais que d'autres personnes veuillent une certaine récolte et qu'elles trouvent utile se produit je ne juge pas..

    • Kaour -

      Ma philosophie est celle du " poussera ce qui le veux bien". Je plante et sème un peu de tout, un peu partout et je prend ce qui pousse, pour le reste tant pis. :)

      • Pierro

        Pierro -

        Ta philosophie se vaut et j'ai cru dire que ça se passait comme ça dans la nature donc on ne pourra pas te le reprocher :) Tu as semé quoi d'ailleurs? Ici on essaye pas mal de nouvelles graines cette année: on a mis les bouchées doubles avec Fanny :)

    • Kaour -

      Un peu de tout c'est quelques oignons, un peu d'ail, des tomates, des piments (j'adore ça), les courges ( j'adore aussi), patates, topinambours, aubergines, bon ya quelques fraisiers aussi, des carottes et des panais, salades..
      Pour le moment ya pas encore grand chose parce qu'il fait trop froid.
      Mais j'ai déjà mes plants de tomates et piments et les trucs qui ne craignent pas le froid qui sont déjà en terre.
      J'ai pas mal de graines parce que j'en échange avec mon oncle :)

      • Pierro

        Pierro -

        Si tu veux des graines de piment d'Espelette on peut t'en envoyer par courrier :)

    • Kaour -

      Haha c'est super gentil mais j'en ai déjà, il faudrait faire une banque d'échange sur ce site. Pour une fois ce serait une "gentille banque" :p.
      Cette année en piment je fais :
      -espelette
      -red cap mushroom
      -hugarian hot wax
      - poivron
      -poivron long
      - Big jim
      -Padron
      -habanero
      -Piment oiseau

      ( j'avais prévenu que j'aimais ça)

      On pourrait imaginer le système suivant :
      Tout nouvel inscrit obtient 5 crédit.
      Chaque don de graine donne 1 crédit.
      Chaque demande de graine enlève 1 crédit.
      On centralise le tout chez un volontaire qui aura droit de prélever quelques graines en rétribution.
      Ca permettrait de doubler la quantité de graine de chacun. Dès que t'as une variété, tu peux en obtenir une 2ème.
      Si les gens donnent assez de semances d'ailleurs on pourrait changer les taux des unités de crédit.
      Genre 2 crédits par dons, 1 crédit par demande.

      Et merde ça y ait je fais encore une crise d'utopisme aiguë... :p

    • Pierro

      Pierro -

      Elle est sympa ton idée :) On ouvre une section questions/débats d'ici peu donc tu pourras proposer ce concept d'ici peu :)

      Et sinon question bête mais tu aimes les piments parce que ça arrache ou parce que c'est bon pour la santé (ou les deux, ou autre)?

      J'en ai fait pousser cette année et en fait je crois que c'est vraiment trop violent pour moi et je ne comprends pas les mangeurs de piments^^

      Rassure moi, ça t'arrache toujours la bouche quand tu en manges?

    • Kaour -

      Les piments ne sont pas tous très forts,
      Un habanero oui ça arrache, et les fait pousser parce que j'aime la plante, j'aime les fruits pour leur beauté.
      Et si je me risque à les croquer c'est plus pour le fun qu'autre chose parce que oui ça brûle :p.

      Mais ya plein de piments super doux, bien fruités.
      Faut aimer cette petite chaleur c'est sur.
      Pour la santé, non je ne fais pas vraiment attention à ça, je pense que tous les fruits et légumes bio, sont bon pour la santé :)

      Et c'est certain qu'on développe une certaine tolérance en en mangeant, l'harissa par exemple je peux en manger une tartine.
      Alors que je connais des gens pour qui c'est bien trop fort.

      Pour être sur que tu pourra manger ce que tu fais pousser, intéresse toi à l'echelle de scoville, c'est un indice qui donne la force du piment.
      Par exemple le poivron est à 0, les anchos à 400, le piment oiseau à 50 000 et le habanero à 300 000, ça permet de se donner une idée avant d'acheter les graines :)

      Donc si c'est trop fort c'est peut être parce que tu fais pousser des trucs trop fort tt simplement :)

    • macpit

      macpit -

      Je fais pousser des piments padron qui viennent de Majorque , j'ai réussi à trouver des graines sur le net ! C'est un piment doux excellent à l'apéro , faut les faire revenir dans l'huile d'olive , un peu de sel et c'est tout ! Vivement la récolte !!!

    14 réponses à “Fabrication de la bouillie bordelaise”

    1. Kaour dit :

      C’est très sympa de partager ses connaissances. Après je ne suis pas certain que ça intéresse tout le monde ici.
      Sans prétendre penser pour les autres, il me semble que le but de la permaculture est dans une certaine mesure d’éviter l’utilisation de ce genre de produits qui selon certains pourrait causer une accumulation de cuivre dans le sol nuisible à la vie microbienne.
      En tout cas pour ce qui me concerne, ce genre de technique m’intéressent tout autant que le désherbage thermique au gaz. C’est à dire bien peu. Même s’il est vrai que ce peut être intéressant occasionnellement. Le problème c’est que dès lors qu’on fait un traitement préventif, c’est à dire avant d’avoir des problèmes, cela implique une systématisation. Puisque de manière analogue à la guerre préventive de Bush, on attaque avant de savoir si on le sera. Or les irakiens n’avaient pas d’armes de destruction massive. Donc jusqu’à preuve du contraire je considérerais pour ma part que mes tomates n’auront pas le mildïou :p

      • Marie H Marie H dit :

        Bonjour, je peux dire que moi, cela m’intéresse. L’année dernière, j’ai eu des soucis sur mes plants de tomates et j’aurai bien aimé tomber sur ce genre d’articles. J’aurai été concerné par le coté curatif plutôt que préventif. Je pense que comme pour beaucoup de choses, il faut de tout pour faire un monde et ce qui ne nous intéresse pas, peut peut être intéresser les autres.
        Merci en tous cas au blog de nous permettre de partager nos connaissances et petites astuces nous permettant de palier à (ou éviter) certains problèmes.

      • Pierro Pierro dit :

        D’accord avec toi pour l’Irak mais par contre l’article de Marie est intéressant à mes yeux même si c’est certain que les plus puristes diront que la bouillie est toxique, pas bio ou alors que ça va dérégler la nature mais bon c’est comme pour tout: le web est par exemple tout aussi merveilleux qu’il est terrifiant.. c’est le double tranchant de la bouillie :)

        A nous/vous de faire la part des choses ensuite! Niveau alternatives il y a le lithothamne ou le bicarbonate de soude qui fonctionnent bien aussi contre certaines maladies de la tomate :)

    2. Pierro Pierro dit :

      Ca serait d’ailleurs intéressant d’en débattre entre les gens pour et contre la bouillie. Pour ma part je n’y ai jamais eu recours et je suis partagé sur le fait de l’utiliser dans la permaculture même si je sais que ça fonctionne très bien (mon voisin maraîcher en pulvérise assez régulièrement sur ses plants…).

      Aller, le débat est ouvert? Parlons-en dans le respect :)

    3. Kaour dit :

      Oh je ne critiquais pas l’intention de Marie H. J’ai commencé en disant que c’était gentil de partager des connaissances :).
      Ce que je veux dire c’est que d’un point de vu personnel, je pense que vaporiser du cuivre sur les cultures ça ne’est pas bon pour les sols, il suffit de regarder ici : http://fr.wikipedia.org/wiki/Bouillie_bordelaise#.C3.89cotoxicologie . Après je ne suis pas microbiologiste du sol donc je ne fait que me baser sur des données et explications fournies par des gens qui le sont.
      Maintenant utilisé de manière raisonnée c’est peut être bien.
      Je sais que mon grand père en utilisait des quantités incroyables sur ses tomates moi j’ai envie de faire autrement.
      Je préfère ne mettre aucun produit qui puisse être néfaste pour les sols ( donc en gros je mets pas grand chose à par un peu de corne torréfiée comme engrais) et si je récolte pas ou peu, tant pis. Bon but c’est d’arriver à faire sans rien, avec le moins d’arrosage possible également. Mais que d’autres personnes veuillent une certaine récolte et qu’elles trouvent utile se produit je ne juge pas..

    4. Kaour dit :

      Ma philosophie est celle du  » poussera ce qui le veux bien ». Je plante et sème un peu de tout, un peu partout et je prend ce qui pousse, pour le reste tant pis. :)

      • Pierro Pierro dit :

        Ta philosophie se vaut et j’ai cru dire que ça se passait comme ça dans la nature donc on ne pourra pas te le reprocher :) Tu as semé quoi d’ailleurs? Ici on essaye pas mal de nouvelles graines cette année: on a mis les bouchées doubles avec Fanny :)

    5. Kaour dit :

      Un peu de tout c’est quelques oignons, un peu d’ail, des tomates, des piments (j’adore ça), les courges ( j’adore aussi), patates, topinambours, aubergines, bon ya quelques fraisiers aussi, des carottes et des panais, salades..
      Pour le moment ya pas encore grand chose parce qu’il fait trop froid.
      Mais j’ai déjà mes plants de tomates et piments et les trucs qui ne craignent pas le froid qui sont déjà en terre.
      J’ai pas mal de graines parce que j’en échange avec mon oncle :)

    6. Kaour dit :

      Haha c’est super gentil mais j’en ai déjà, il faudrait faire une banque d’échange sur ce site. Pour une fois ce serait une « gentille banque » :p.
      Cette année en piment je fais :
      -espelette
      -red cap mushroom
      -hugarian hot wax
      – poivron
      -poivron long
      – Big jim
      -Padron
      -habanero
      -Piment oiseau

      ( j’avais prévenu que j’aimais ça)

      On pourrait imaginer le système suivant :
      Tout nouvel inscrit obtient 5 crédit.
      Chaque don de graine donne 1 crédit.
      Chaque demande de graine enlève 1 crédit.
      On centralise le tout chez un volontaire qui aura droit de prélever quelques graines en rétribution.
      Ca permettrait de doubler la quantité de graine de chacun. Dès que t’as une variété, tu peux en obtenir une 2ème.
      Si les gens donnent assez de semances d’ailleurs on pourrait changer les taux des unités de crédit.
      Genre 2 crédits par dons, 1 crédit par demande.

      Et merde ça y ait je fais encore une crise d’utopisme aiguë… :p

    7. Pierro Pierro dit :

      Elle est sympa ton idée :) On ouvre une section questions/débats d’ici peu donc tu pourras proposer ce concept d’ici peu :)

      Et sinon question bête mais tu aimes les piments parce que ça arrache ou parce que c’est bon pour la santé (ou les deux, ou autre)?

      J’en ai fait pousser cette année et en fait je crois que c’est vraiment trop violent pour moi et je ne comprends pas les mangeurs de piments^^

      Rassure moi, ça t’arrache toujours la bouche quand tu en manges?

    8. Kaour dit :

      Les piments ne sont pas tous très forts,
      Un habanero oui ça arrache, et les fait pousser parce que j’aime la plante, j’aime les fruits pour leur beauté.
      Et si je me risque à les croquer c’est plus pour le fun qu’autre chose parce que oui ça brûle :p.

      Mais ya plein de piments super doux, bien fruités.
      Faut aimer cette petite chaleur c’est sur.
      Pour la santé, non je ne fais pas vraiment attention à ça, je pense que tous les fruits et légumes bio, sont bon pour la santé :)

      Et c’est certain qu’on développe une certaine tolérance en en mangeant, l’harissa par exemple je peux en manger une tartine.
      Alors que je connais des gens pour qui c’est bien trop fort.

      Pour être sur que tu pourra manger ce que tu fais pousser, intéresse toi à l’echelle de scoville, c’est un indice qui donne la force du piment.
      Par exemple le poivron est à 0, les anchos à 400, le piment oiseau à 50 000 et le habanero à 300 000, ça permet de se donner une idée avant d’acheter les graines :)

      Donc si c’est trop fort c’est peut être parce que tu fais pousser des trucs trop fort tt simplement :)

    9. macpit macpit dit :

      Je fais pousser des piments padron qui viennent de Majorque , j’ai réussi à trouver des graines sur le net ! C’est un piment doux excellent à l’apéro , faut les faire revenir dans l’huile d’olive , un peu de sel et c’est tout ! Vivement la récolte !!!

    Laisser un commentaire

    Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Permaculteurs se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

  • Promotion serres ACD permaculture


    Espace annonceurs