Hugelkultur en bac : l’important, c’est d’aller droit aux buttes…

  • Bonjour amis potagistes,

    Nous voici partis dans une nouvelles expérience : « L’hugelkultur en bac ».

    La butte en « Hugelkultur », qu’est-ce donc?

    C’est une technique culturale dont le principe est d’entasser différents matériaux organiques de différentes tailles de manière à former des buttes de culture permanentes.

    On commence par entasser des troncs d’arbres, des bûches, des branches, du broyât, etc… sur une certaine hauteur (souvent min. un mètre) et puis on recouvre de terre et de paille. Naturellement, certaines essences d’arbres  sont à bannir (cèdre, le noyer et en général, tous les conifères) . Il faut aussi y incorporer des déchets vert provenant de la cuisine, notre compost,etc… et du fumier pour équilibrer le rapport carbone/azote. Le bois au centre de la butte va lentement se décomposer et ainsi servir à la fois d’éponge pour absorber et retenir l’humidité, mais aussi pour apporter de la matière organique pendant de nombreuses années.

    Les avantages :

    – Une diminution, voir un arrêt de l’arrosage (le bois en décomposition agit comme une éponge et emmagasine l’eau).

    – Un sol aéré, meuble  et drainé, sur lequel on ne marche plus et que l’on ne doit plus bêcher.

    – Un sol riche en nutriments sans besoin d’intrants supplémentaires ( la décomposition des matières organiques présentent dans la butte, va nourrir le sol pendant minimum une décennie.

    – Un développement racinaire en profondeur et donc une oxygénation importante de la butte.

    – Un sol vivant (augmentation rapide de la pédofaune et pédoflore du sol).

     

    Les inconvénients :

    – Mise en place lourde.

     

    Conseils :
    – On utilise principalement comme bois, chêne, aulne, pommier, tilleul, saule (sec), bouleau,….mais privilégier les essences présentent sur place.

    – On évitera, le cèdre (contient des substances fongicides et bactéricides), le noyer (contient des éléments toxiques pour les plantes) et enfin le robinier faux acacia.

    – Garder toujours le sol couvert (c’est un des principes de la permaculture). Nu, celui-ci se dégrade sous l’effet du vent et de la pluie .

    – Il faut compter entre 2 et 3 ans pour que la butte soit à son plein potentiel.

    – On considère qu’une telle butte est autonome pour 10 à 20 ans.

     

    Voici donc, notre adaptation de cette technique pour la réalisation de nos bacs potager :

     

    Etape 1 : Construction des bacs, en palette pour nous (= recyclage) et déblais de la terre du fond sur +/- 25 cm.

    Etape 2 : Pose d’un plastique (récupération sacs de terreau, compost,…) pour éviter le contact direct entre la terre et le bois.

    Etape 3 : Pose du bois mort

    Etape 4 : Fermeture des espaces vides avec du broyat

    Etape 5 : Pose d’une couche de fumier (mûr d’1 an, il n’y a plus d’odeur….on n’en mangerait presque  (-: ).

    Etape 6 : Pose de la couche de terre.

    Tamisée pour nous, car issue d’un mauvais remblai comprenant autant de pierrailles  que de terre.

    La pierraille est utilisée pour faire le cheminement entre les bacs.

    Et puis, il ne reste plus qu’à planter ou à couvrir, par exemple de paille, pour que le sol ne reste pas nu.

     

    Les premiers résultats : AVRIL 2014

                

    Fin juin 2014

     

    voir aussi : http://www.youtube.com/watch?v=Sso4UWObxXg

    Et puis venez nous rendre visite sur : http://lejardindesmoines.blogspot.be

    Isabel et Michel

  • Auteur de cet article

    Inscrit le

    Lui écrire

  • Vos commentaires

    • Pierro

      Pierro -

      Super cet article! Hâte de voir ce que ça donnera au printemps :)

    • Oneshot

      Oneshot -

      exact bien écrit et rempli d'infos croustillantes

    • lou2223 -

      ce sujet m'intéresse beaucoup; j'ai dans l'idée de faire une ou deux buttes mais questions:
      -est ce que le bois de laurier (laurier de cuisine) peut être utiliser? (car j'ai lu qu'il fallait éviter les feuilles de laurier noyer car acide; qu'en est il du bois? car à la coupe le laurier est résineux, les chaînes de la tronçonneuse ont moyennement apprécié)
      -le sens des buttes; conseillé Nord Sud; vu mon terrain en pente, dans le sens Est Ouest serait idéal car cela me permettrait de faire retenir l'eau au Nord des buttes
      j'espère que quelqu'un saura m'éclairer. merci

      • Christophe G -

        Bonjour,

        Seul le bois " pourri " doit être utilisé à l'intérieur d'une butte parce qu'il a été pré-digéré par les insectes xylophages et les champignons. Comme pour le BRF, ces organismes ont besoin du même % d'oxygène que nous pour se développer.

        Pour le sens, toujours parallèle à la pente, autrement aucune importance. Par contre, pour être durable, la hauteur d'une butte dépend de sa largeur : http://www.lejardinvivant.fr/2014/11/15/culture-sur-butte-permaculture-christophe-gatineau/

        • lou2223 -

          merci pour ces précisions; je vais donc oublier mon bois de laurier dans un coin le temps que la nature fasse son travail; je l'utiliserai plus tard.
          j'ai trouvé une vidéo (voir mon profil) de Philippe Forrer montrant comment il monte ces buttes; et il va effectivement chercher du bois "pourri" (son trésor, sa mine d'or) pour la base car cela retient beaucoup d'humidité par le coté éponge.
          Je file voir le lien cité. encore merci.

          • Christophe G -

            Pour se faire sa propre opinion sur le véritable intérêt des buttes, il est conseillé à titre d'essai de faire en parallèle d'une butte permaticole, une planche basse de la même longueur et de 1 m de large, où l'on cultive les mêmes légumes.

            En fonction du terrain, cela permet de savoir au bout de quelques années, si toute l'énergie déployée à faire des buttes se justifie.

            Bon courage

    • Valentine -

      Bonjour,
      Merci pour cet article.
      Pourquoi isoler le bois de la terre par un plastique ? Il vaut mieux qu'ils soient en contact pour activer la vie du sol. Non ?

      • Herbularius

        Herbularius -

        Le bois du fond n'est pas isolé, c'est le bois des palettes utilisé pour la construction des parois des bacs que j'isole. On peu utiliser aussi un non tissé (bidim, géotextile). Si je laisse la terre en contact direct avec mes parois en bois de palette non traité, je pourrai tout recommencer au bout de 2 ans.



        Herbularius

    • biolyonne

      biolyonne -

      Je suis ravie d'avoir accès à un article aussi explicite. Ça donne envie de s'y mettre. Le seul hic, c'est qu'ici nous avons presque que des résineux. La "chasse" au bois mort sera plus longue. Merci HERBULARIUS !

      • Herbularius

        Herbularius -

        Bonjour,



        Voici, une vidéo de la méthode Philippe Forrer : https://www.youtube.com/watch?v=Tg0_WPzd9sY

        D'après lui, on peut utiliser du résineux (pin, etc....). Pourquoi ne pas faire un essai sur une petite surface?
        Herbularius

      • Fabrice

        Fabrice -

        La méthode de Philip Forrer fait souvent faire des bonds aux ingénieurs agronomes à cause des dimensions conséquente de ses buttes, il place du bois trop profond d'après eux (et je suis assez d'accord). quant aux résineux, moi j'en utilise 20/30% mais uniquement à l'état de cellulose, soit mort et au sol depuis au moins 3/4 ans.

    • Herbularius

      Herbularius -

      Une vidéo intéressante sur le sujet et sacré personnage :
      https://www.youtube.com/watch?v=H4t89ojYwvI

      • biolyonne

        biolyonne -

        Bonjour,
        Je viens de visionner la vidéo de Philippe Forrer. J'adore sa philosophie (sauf pour les pieds nus, j'aurais trop peur de m'éclater un orteil ) Merci pour ce lien.

    13 réponses à “Hugelkultur en bac : l’important, c’est d’aller droit aux buttes…”

    1. Pierro Pierro dit :

      Super cet article! Hâte de voir ce que ça donnera au printemps :)

    2. Oneshot Oneshot dit :

      exact bien écrit et rempli d’infos croustillantes

    3. lou2223 dit :

      ce sujet m’intéresse beaucoup; j’ai dans l’idée de faire une ou deux buttes mais questions:
      -est ce que le bois de laurier (laurier de cuisine) peut être utiliser? (car j’ai lu qu’il fallait éviter les feuilles de laurier noyer car acide; qu’en est il du bois? car à la coupe le laurier est résineux, les chaînes de la tronçonneuse ont moyennement apprécié)
      -le sens des buttes; conseillé Nord Sud; vu mon terrain en pente, dans le sens Est Ouest serait idéal car cela me permettrait de faire retenir l’eau au Nord des buttes
      j’espère que quelqu’un saura m’éclairer. merci

      • Christophe G dit :

        Bonjour,

        Seul le bois  » pourri  » doit être utilisé à l’intérieur d’une butte parce qu’il a été pré-digéré par les insectes xylophages et les champignons. Comme pour le BRF, ces organismes ont besoin du même % d’oxygène que nous pour se développer.

        Pour le sens, toujours parallèle à la pente, autrement aucune importance. Par contre, pour être durable, la hauteur d’une butte dépend de sa largeur : http://www.lejardinvivant.fr/2014/11/15/culture-sur-butte-permaculture-christophe-gatineau/

        • lou2223 dit :

          merci pour ces précisions; je vais donc oublier mon bois de laurier dans un coin le temps que la nature fasse son travail; je l’utiliserai plus tard.
          j’ai trouvé une vidéo (voir mon profil) de Philippe Forrer montrant comment il monte ces buttes; et il va effectivement chercher du bois « pourri » (son trésor, sa mine d’or) pour la base car cela retient beaucoup d’humidité par le coté éponge.
          Je file voir le lien cité. encore merci.

          • Christophe G dit :

            Pour se faire sa propre opinion sur le véritable intérêt des buttes, il est conseillé à titre d’essai de faire en parallèle d’une butte permaticole, une planche basse de la même longueur et de 1 m de large, où l’on cultive les mêmes légumes.

            En fonction du terrain, cela permet de savoir au bout de quelques années, si toute l’énergie déployée à faire des buttes se justifie.

            Bon courage

    4. Valentine dit :

      Bonjour,
      Merci pour cet article.
      Pourquoi isoler le bois de la terre par un plastique ? Il vaut mieux qu’ils soient en contact pour activer la vie du sol. Non ?

      • Herbularius Herbularius dit :

        Le bois du fond n’est pas isolé, c’est le bois des palettes utilisé pour la construction des parois des bacs que j’isole. On peu utiliser aussi un non tissé (bidim, géotextile). Si je laisse la terre en contact direct avec mes parois en bois de palette non traité, je pourrai tout recommencer au bout de 2 ans.

        Herbularius

    5. biolyonne biolyonne dit :

      Je suis ravie d’avoir accès à un article aussi explicite. Ça donne envie de s’y mettre. Le seul hic, c’est qu’ici nous avons presque que des résineux. La « chasse » au bois mort sera plus longue. Merci HERBULARIUS !

    Laisser un commentaire

    Les opinions émises par les internautes n'engagent que leurs auteurs. Permaculteurs se réserve le droit de suspendre ou d'interrompre la diffusion de tout commentaire dont le contenu serait susceptible de porter atteinte aux tiers ou d'enfreindre les lois et règlements en vigueur, et décline toute responsabilité quant aux opinions émises, qui n'engagent que leurs auteurs.

  • Espace annonceurs