• Projet Permaculture et Naturopathie

    Mise en ligne :
    Par : Millien
    Ville : Villiers-sous-Mortagne (61)

    Description :

    Ma femme et moi avons comme projet de vivre plus sainement. Pour cela, nous appliquerons les concepts de la permaculture et de la naturopathie. L'autosuffisance alimentaire n'est pas une fin mais plutôt un moyen.
    Le projet est à son début : nous allons signé ce vendredi 17 février pour l'achat d'une habitation située à Villiers sous Mortagne.

    En détail :

    1- Notre philosophie

    Ma femme et moi ne sommes plus totalement satisfaits du mode de vie que la société nous propose (impose).

    Tout d'abord, nous ne souhaitons plus participer à la malbouffe. Nous n'avons plus confiance en l'alimentation que nous pouvons acheter. Nous sommes persuadés qu'une bonne alimentation est le premier élément garantissant notre santé et celle de nos enfants. Nous voulons donc produire des aliments de haute qualité nutritive grâce à la permaculture. De cette façon, nous pourrons manger sain, bon, équilibré et varié sans se préoccuper de la question du coût.

    Ensuite, nous ne souhaitons plus participer à la dégradation de notre environnement. A notre sens, le cadre de vie est le deuxième élément jouant sur notre santé et celle de nos enfants. Pollution de l'air, de l'eau, du sol, nuisances sonores, olfactives, visuelles, nous voulons agir pour que notre environnement proche soit de bonne qualité.

    Nous ne souhaitons plus participer à la déresponsabilisation en matière de santé. Et nous ne sommes pas totalement satisfaits des médecines qu'on nous propose et qu'on appelle « conventionnelles ». Nous souhaitons être acteurs de notre santé. Nous sommes convaincus que les médecines devraient avoir pour base la naturopathie, dont les principes ont été utilisés très longtemps dans les médecines à l'origine. Nous appliquerons déjà ces principes et nous souhaitons accentuer cet aspect.

    Nous ne souhaitons plus participer au gaspillage presque imposé par la société. Et, nous nous sentons coupables de ne pas faire d'efforts alors que parfois nous n'avons pas le choix. Nous voulons développer notre projet avec deux objectifs : zéro déchet sortant de la ferme et recyclage d'objets récupérés de l'extérieur. Cette démarche permettra d'augmenter notre autosuffisance.

    2- Le terrain

    Notre habitation est située sur un terrain de 2,5 ha moitié forêt moitié prairie. Certaines limites ont été identifiées : un sol par endroit argileux, une petite zone très humide tourbeuse, une ligne électrique moyenne tension 20 000 V, une exposition non favorable à l'ouest pour une partie du terrain. Cependant, le terrain a beaucoup d'atouts : une forêt déjà présente sur la moitié du terrain, un étang poissonneux alimenté par des résurgences, une rivière en bordure du terrain, des haies, de nombreux arbres fruitiers productifs, une diversité d'habitat et du matériel que l'ancien propriétaire devrait nous laisser.

    3- Notre projet

    Notre projet consiste, dans un profond respect de notre environnement, à mettre en application le concept de permaculture en s'orientant surtout sur le principe de laisser se développer un écosystème naturel diversifié de la clairière à la forêt en passant par des lisières et fruticées. On y intégrera des espèces adaptées et dont on a besoin. Et à terme on limitera notre intervention à l'observation, à l'orientation (douce) de l'équilibre naturel et aux prélèvements (végétaux, animaux, champignons). Les objectifs envisagés : moins d'interventions possibles, moins d'énergie utilisée, zéro labour, zéro pesticide, paillage, association d'espèces, biodiversité, cultures vivaces, espèces adaptées, rustiques ou traditionnelles, faire ses propres semences, pâturage extensif, que le végétal et l'animal « travaillent » pour nous pendant qu'ils se nourrissent, un élément pour plusieurs fonctions, plusieurs éléments pour une fonction...

    Pour mener à bien notre projet, nous proposons d'ouvrir notre terrain à une ou deux familles. Ensemble, nous développerons ce projet de A à Z (définition des objectifs, observation, analyse, conception, mise en place et entretien). Les prélèvements (végétaux, animaux, champignons) seront partagés entre nous.

    Au début, le temps de travail servira beaucoup à construire, à préparer le terrain, à planter, à trouver les animaux,... L'autosuffisance alimentaire arrivera donc progressivement.
    A noter qu'on pourra proposer du wwoofing, ce qui nous permettra d'échanger des idées et des compétences tout en apportant une aide au quotidien.

    Nous n'avons pas de dépendances qu'on pourra laisser pour l'hébergement de l'autre (des autres) famille(s) et la majeure partie du terrain est en zone naturelle (donc pas possible d'y installer quoique ce soit, en tout cas légalement). Il faudra que l'autre (les autres) famille(s) s'installe(nt) à proximité.

    4-Avancement

    Nous avons quasiment fini notre année d'observation avec quelques éléments intéressants :
    - un sol peu profond (40 cm) surmontant de l'argile imperméable : fort ruissellement souterrain dans ces 40 cm car le terrain est bien pentu, végétation qui peine à traverser la couche d'argile (racines superficielles = 5 arbres déracinés lors des grands vents), mais au moins on ne manquera pas d'eau (objectif zéro arrosage)
    - globalement, une exposition plutôt sud-ouest nous cachant du soleil levant sur une bonne partie du terrain : il va falloir composer avec les percées de lumière et utiliser davantage la verticalité
    - une consommation en électricité excessive du fait d'une isolation pas top : rénovation bio-climatique à faire et modification de la ressource énergétique (l'électricité vers le bois, sans doute un poêle de masse à créer),
    - une zone boisée produisant pas mal d'ombre : travail de percées à faire en fonction des besoins en bois (ou alors profiter des arbres déracinés).

    Nous avons commencé à concevoir un premier petit système autour d'un cerisier. La mise en place a débuté (j'attends encore quelques arbustes/arbres pour une mise en place cet hiver). Le système a la forme d'un fer à cheval orienté sud avec des espèces basses vers le sud et haute vers le nord.

    Par ailleurs, nous avons introduit des black-bass dans l'étang pour réguler la population de carpe (importante car on en a péché pas loin d'une centaine cet été et sans trop de difficulté, c'est dire ce qu'il doit y en avoir encore pas mal). Le black-bass était l'espèce la plus adapté à notre situation. En plus, c'est bien meilleur que la carpe.
    Nous avons aussi débuté notre culture de champignons : lentin du chêne et pleurote en huitre sur billot de peupliers. Verdict dans un an pour savoir si ça marche.
    Notre verger a bien produit. En plus des cerises et mirabelles : questches et pommes (+ quelques poires car les poiriers sont jeunes).

    5- A suivre

    Une butte est à faire dans ce système (puisqu'il n'y a que 40 cm de sol humifère), même si cela ne m'enchante pas car cela demande trop d'effort physique. Je me garde un petit coin à même le sol pour expérimenter (est-ce que l'humidité du sol et ses conséquences gagneront face au choix des associations ?). Viendra en début de printemps la mise en place de légumes. On réfléchit en ce moment à ce qu'on va y mettre, en fonction de notre régime alimentaire.

    Nous serions très contents de partager ce projet avec un ou plusieurs autres familles. Notre terrain est suffisant pour au moins deux autres familles.

    Millien
  • Contacter l'annonceur

  • Espace annonceurs

  • Devenez Perm'annonceur